Website in english under constructionWebsite in construction  




Accueil
  • CONCEPTION
  • FABRICATION
  • DISTRIBUTION
  •  
  •  
  • D' EQUIPEMENTS DE RADIOPROTECTION
Retour à la page d' accueil

IDEALEX se met à l'export



Henri Ripoll, d’Idealex, et l’élu régional Pascal Usseglio, devant une boîte qui permet la manipulation d’objets contaminés.




Idealex, entreprise locale qui conçoit du matériel de protection dans le domaine du nucléaire, vient d’obtenir 50.000 € de la Région et vise l’étranger.

Idealex vient de recevoir une subvention de 50.000 euros de la part de la Région. Un joli coup de pouce pour cette entreprise créée à Vendôme il y a 22 ans par Christian Defaut et reprise il y a quatre ans par Henri Ripoll. Sa spécialité : la conception de matériel de radioprotection. C’est-à-dire, tout ce qui permet d’atténuer les risques de contamination et d’irradiation dans le domaine nucléaire (et médical dans une moindre mesure). Cela peut aller de l’équipement de protection à l’aspirateur, en passant par les pinces de manipulation à distance. « On travaille aussi bien pour ceux qui font de la production que ceux qui font du démantèlement », précise Henri Ripoll.


Les fonds apportés par la Région devront servir au développement de l’export. « Nous visons essentiellement l’Allemagne, puis l’Espagne et le Royaume-Uni ». Une décision lourde. Car « rien que pour participer à un salon à l’étranger, il faut payer le ticket d’entrée, et le transport du matériel à exposer, souligne le conseiller régional Pascal Usseglio, en visite chez Idealex ce jeudi. Cela peut vite monter à 25.000 €. » Mais pour l’entreprise vendômoise, qui compte aujourd’hui huit salariés et dont le chiffre d’affaires atteint 2 à 2,5 millions d’euros annuels, « c’est le bon moment », lance le patron. Il faut dire que son entreprise est reconnue. « À part sur certains composants, nous avons assez peu de concurrents ». Et ses clients sont parfois particulièrement prestigieux. « Au mois de juillet dernier, nous avons livré à Toulon pour le groupe DCNS, qui se charge de la maintenance du porte-avions Charles-de-Gaulle, 27 tonnes de plomb sous forme d’écran radiologique ». Idealex travaille également sur le projet de réacteur expérimental ITER dans les Bouches-du-Rhône. Et elle est en lien régulièrement avec le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs). C’est dans ce cadre qu’elle a amélioré le système d’un des aspirateurs qu’elle commercialise. « Nous pouvons séparer la poussière contaminée du filtre, ce qui permet de le réutiliser en fonction de son taux de contamination », et ainsi de réduire le volume de déchets industriels. À noter que l’entreprise fait travailler une vingtaine de sous-traitants locaux ou plus éloignés, en chaudronnerie, usinage etc. Mais les produits qu’elle commercialise sont conçus et assemblés à 80 % dans ses locaux de 500 m2, au sud de Vendôme.